Le burn-out va-t-il finalement être qualifié de maladie professionnelle ?

Le burn-out va-t-il finalement être qualifié de maladie professionnelle ?
L’organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le burn-out comme « le sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».
En 2016, il était estimé que plus de 3 millions d’actifs, c’est-à-dire 10,5% de la population active en France, présentaient un risque élevé de burn-out.

Si, à l’heure actuelle, cette pathologie n’est toujours pas inscrite dans l’un des 98 tableaux répertoriant les maladies présumées professionnelles, elle peut toutefois faire l’objet d’une prise en charge au titre de la législation sur les risques professionnels.

En effet, lorsqu’une maladie ne figure pas dans un tableau, mais qu’elle est établie comme étant essentiellement et directement causée par le travail, et qu’elle a en plus entrainé une incapacité permanente d’au moins 25% ou le décès du salarié, alors le Comité Régional de Reconnaissance des Maladies professionnelles (CRRMP) peut rendre un avis de reconnaissance du caractère professionnel de la maladie contractée par le salarié.

Cet avis s’impose à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie qui, lorsqu’elle reçoit le dossier du salarié suite à sa cessation du travail, a l’obligation de saisir le CRRMP pour avis dès lors que la maladie invoquée dans le dossier du salarié ne figure pas dans l’un des tableaux mais que les deux conditions sus-évoquées sont remplies.

Il en résulte que si le burn-out était inscrit dans un tableau, alors les salariés qui en sont victimes bénéficieraient de la présomption d’origine professionnelle de leur maladie. Ainsi, le nombre de prises en charge de burn-out au titre d’un risque professionnel serait plus élevé qu’à l’heure actuelle (seuls une dizaine de cas le sont chaque année).

En outre, si le burn-out était inscrit dans un tableau, il ne reviendrait plus à l’Assurance Maladie, confrontée à un déficit chronique depuis des années, de supporter le coût de tous les burn-out qui n’ont pas été reconnus d’origine professionnelle. Ce serait aux employeurs d’en supporter le coût, via leur taux de cotisations AT/MP mais aussi éventuellement de leur cotisation d’assurance pour faute inexcusable.

En conclusion, inscrire le burn-out dans un tableau de maladies professionnelles représente un réel enjeu de société. Les salariés bénéficieraient alors d’une présomption du caractère professionnel de leur maladie, l’Assurance Maladie aurait un poste de dépenses en moins, et les employeurs seraient responsabilisés sur leur compte AT/MP.

Mais pour que le burn-out soit qualifié de maladie professionnelle, une question semble persister : comment objectiver et déterminer médicalement la frontière entre l’épuisement professionnel et personnel ?

Sources
  • « Vous avez dit burn-out ? Quelles conséquences d’une nouvelle définition pour les entreprises ? », Les Echos, le 27 avril 2016
  • « Quid de la qualification de burn-out en tant que maladie professionnelle ? », Atequacy, 30 décembre 2014